Chant d'Afa'ahiti

CHANT D’AFA’AHITI

 

O c’est le pays, mon pays qui bougeait !

Voilà le grand Taravao qui bougea par en dessous

Par émulation et adoration,

En perçant avec aiguisés (instruments)

 

L’herbe aquatique est épaisse dans la rivière ombrée

Là où l’anguille est coupée en morceaux

 

Un héritage familial est le taro avec sa large feuille, de l’héritage.

Pousse à la mer la pirogue Vaiova’u

 

Des vagues brisantes

Par-dessus les nombreux coquillages

 

Par-dessus les nombreux petits coquillages de la passe.

 

Par-dessus les petits crabes du rivage, aux longs yeux

Le tridacne dans le sable blanc du récif,

La tortue et la raie avec sa queue qui pique.

 

À To’a-pu (roche du milieu de l’océan) avec les chères petites perles.

Quand la nuit tombe sur Afa’ahiti

Tandis que la mer roule sur son parcours changeant

 

Les petits chants du coq

Parviennent de l’intérieur.

À Afa’ahiti il y a des poissons qui étendent leurs nageoires

Qui ressemblent à l’arc-en-ciel.

 

Lorsque vient la nuit l’appétit est satisfait

À motu-nono, à la pieuvre tapie ;

Alors là on mange le plantain pointu,

 

La canne à sucre penchée et le taro rouge de l’héritage.

Avec une source claire et les jeunes femmes empressées.

 

Par Teuira Henry

MTOTA

Polynesian Triangle Association

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site