Créer un site gratuitement Close

LA NAVIGATION ANCESTRALE

SUR DE GRANDES PIROGUES...

La théorie désormais généralement admise situe en Asie du Sud-Est l'origine des vastes migrations ayant entraîné, il y a trois ou quatre mille ans, le peuplement du Pacifique par les populations polynésiennes. Utilisant des pirogues doubles (à voile) en bois et fibres tressées, ces premiers navigateurs intrépides, grâce à leur connaissance du vent, des courants et des étoiles, voyagèrent vers l'Est, colonisant les archipels du centre (îles Cook, Tahiti et ses îles...) entre 500 av. J.C et 500 ap. J.C.

Ces grandes expéditions achevées vers 1000 ap. J.C donnèrent naissance au " triangle polynésien " dont les trois extrémités sont : Rapa Nui à l'Est, Tahiti et ses îles à l'Ouest, Hawaii (au Nord), et de Aotearoa (Nouvelle-Zélande) au Sud-Ouest. Les différentes langues employées dans ces îles sont "ma'ohi" témoignent de l'origine commune de leurs habitants.

La pirogue double

La pirogue à double coques est au centre de la vie quotidienne et de tous les éléments importants de la communauté maohi d’autrefois. Elle émane des plumes de "Ta'aroa" Dieu créateur.


Simples pirogues à balancier pour la pêche ou la promenade, coques effilées pour la course à voile ou les déplacements d’une île à l’autre, lourds convois de guerriers pagayant au son des pahu, élégantes pirogues cérémonielles ou d’apparat, les formes sont riches et nombreuses et les styles variés d’un archipel à l’autre.
Mais par-dessus tout, les polynésiens ont concrétisé leur science de la navigation et démontré leur art de charpentiers de marine avec leurs grandes pirogues doubles de voyage ou va’a tau’ati.

Il fallait que les assemblages résistent à la violence des tempêtes, que le tressage des voiles et des cordages soit particulièrement soigné et solide.

À bord, plusieurs familles embarquaient avec leurs provisions pour des semaines, avec des plantes et des animaux domestiques, des outils et tout ce qui permettrait de s’installer sur une nouvelle terre.

C’est grâce à leur conception que, même lourdement chargées, ces embarcations restaient maniables et surtout assez rapides pour affronter de longs trajets sans escale et ce n’est pas un hasard, si plusieurs siècles après, les constructeurs de catamarans de compétitions et de voyages s’en inspirent toujours.

Ces voyages ont pu durer plusieurs siècles, les techniciens de construction des pirogues et les moyens de constituer des réserves d’aliments se modifiant à mesure que les voyages devenaient plus longs.

Les essais de navigation effectués en 1976 depuis Hawaii jusqu’à Tahiti par une pirogue double reconstituée du nom de Hokule’a, révèlent que ce type d’embarcation peut tenir une route en remontant au vent, ou à la dérive, il n’y aurait probablement pas eu de peuplement de la Polynésie avant l’arrivée des Européens.

La navigation traditionnelle

Ni carte, ni sextant, ni boussole, ni chronomètre …
Pour guider leurs pirogues sur l’océan, les navigateurs polynésiens ne possédaient que leur don d’observation et le savoir hérité de leurs pères.

Au fil des générations, ils avaient appris à suivre la course des astres, à connaître les vents et les courants, à lire leur route dans les constellations et à interpréter le moindre signe visible dans la forme des nuages ou à la surface de l’océan.

Tout ce qui flotte, nage ou vole est une indication précieuse : ces graines et ces débris à la dérive, ces oiseaux qui rentrent chaque soir nicher dans leur île, ces tortues qui retournent pondre là où elles sont nées, ces baleines qui reprennent leur route saisonnière …

Après des années d’apprentissage, les navigateurs avaient mémorisé le trajet de chaque étoile, de son lever et son coucher pour chaque île, l’étoile qui passait à son zénith.

Ainsi, pour retrouver Ra’iatea, toutes les pirogues convergeront vers "Ta’urua hau papa", appelée aussi ’Aa ou sirius, son étoile zénithale, la plus grosse et la plus brillante de tout le ciel.

Polynesian Triangle Association

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site